Mis à jour le 11 janvier 2019

bandeau

 

 

 

 

 

 

 

 

GROUPES DE TRAVAIL ET SÉMINAIRES 2015-2016

Si vous êtes intéressés par un groupe de travail, vous pouvez contacter le(s) organisateur(s) en leur envoyant un courriel. Les groupes se réunissent à raison d'une fois par mois (hors période de vacances scolaires). Ils ont lieu le plus souvent au siège de l'association 23 rue Malus à Lille.

 

ATELIER DE PETRISSAGE : lecture des travaux de D. WINICOTT
Un lundi par mois de 20h45 à 22h45
Yohann Dupisre

 

Atelier de pétrissage : lecture des travaux de D. WINNICOTT
Se réunit le premier lundi du mois à 20 h 45
Contact : Johann Dupisre johann.dupisre@hotmail.fr

 

« Nous avons là l’image d’un enfant établissant un « self » intime qui ne communique pas, et qui, en même temps, désire communiquer et être trouvé. C’est un jeu élaboré de cache-cache dans lequel se cacher est un plaisir, mais n’être pas trouvé est une catastrophe. » (in  Processus de maturation chez l’enfant , Payot, 1969, page 161)

Chaque article de Winnicott a cet étrange présence d’évoquer des évènements de la vie ordinaire, (ou du  travail du praticien) et d’en parler simplement. Si simplement que ce qui est déployé semble simple, facile, abordable, quotidien.... et pourtant, les mots de Winnicott recèlent une complexité, une profondeur et des références théoriques qui témoignent d’une psychanalyse créative et vivante.
Tout comme si l’apparente facilité se confondait en théorie fine, subtile, héritière d’une intériorisation de la psychanalyse peu banale, décentrée d’intellectualisme tout en étant au service de l’écoute des méandres de l’inconscient, dans ses recoins les plus inouïs. 

Article après article, nous abordons l’œuvre de D. W. Winnicott et nous avons parcouru les « Processus de maturation chez l’enfant » (dix huit articles de 1962 à 1963).

Son apport à l’histoire de la psychanalyse est dans un premier temps des plus surprenants : « Angoisses inimaginables », « faux-self », « intersubjectivité », « observation » de l’enfant, « Dépendance » à l’environnement, « communication » et non-communication, « sollicitude »..... Et s'il a été contemporain de Freud, de Klein, d’Anna Freud, .... Il est aussi l’auteur d’une œuvre originale et considérable, mettant l’accent sur les premiers instants de la vie psychique, sur le rôle déterminant des premières relations de l’enfant à son environnement et du maillage indispensable entre expériences physiques (de portage, de présentation du monde, de contenance) et langage.

La psychanalyse de l’enfant lui doit beaucoup. Praticien hors-norme, mettant l’observation et sa propre introspection au service d’une clinique et d’une théorisation créative. Et étrangement, ces longs travaux au service de la compréhension de la naissance psychique est aussi d’un apport exceptionnel à la théorie psychanalytique et à la pratique avec des adultes.

Pour les mois à venir, nous suivrons les articles in  De la pédiatrie à la psychanalyse  (Edition Payot- 1969) en respectant l’ordre de l’ouvrage. Nous « pétrissons » chaque concept, tentons de le mettre en perspective historique, clinique et théorique. Les priorités de ce groupe de travail essayent de garder plusieurs fils :
- être au plus près des concepts et mises en pensées de Winnicott, les connaître, les mettre en relations dans la constellation de sa théorie
- Comprendre et se représenter les cheminements de sa pensée.
- Croiser les expériences (psychanalytiques, conceptuelles, cliniques) des membres du groupe au service d’une mise en pensée fiable et fidèle à ses apports.
- S’approcher des travaux de  Winnicott afin de tricoter et détricoter son intime compréhension de la vie psychique et de sa naissance, au service d’une clinique (et d’une éventuelle pratique institutionnelle) plus vivante et d’une écoute créative.

Durant nos séances de travail, nous lisons ensemble un même article, prenant le temps nécessaire  au croisement des compréhensions, des liens, et des cheminements que cette lecture propulse.
Il est possible de rejoindre ce groupe.

Johann Dupisre- Lille - octobre 2018

 

Vous pouvez me contacter par téléphone (06 72 06 67 13) ou par E.mail : johann.dupisre@hotmail.fr

LIRE FREUD
Le 3ème mardi de chaque mois de 21 h à 23 h
Georges Delcambre

   Georges Delcambre  

Notre groupe de travail poursuit sa lecture.
Nous avons suivi Freud dans ses rencontres, ses compagnonnages. Liens amicaux, rapprochements, éloignements, et aussi ruptures souvent marquées d’un texte, d’une avancée théorique.

Après la lecture de « Pour introduire le Narcissisme » et la dispute avec Jung, nous sommes amenés à sortir de notre projet initial. Le groupe des analystes s’étoffe et leurs relations changent. C’est dans les « Trois essais sur la théorie de la sexualité » que nous trouvons une sorte de radioscopie des débats qui ont agité le monde psychanalytique entre 1905 et 1924. Le lire nous pris toute l’année dernière.

Cette année nous relisons « Analyse de la phobie d’un enfant de cinq ans » (Le petit Hans). Après la théorie des trois essais, voici la pratique, une pratique qui se risque, inaugurale avec un si jeune enfant, menée par le père de l’enfant, même, avec Freud dans les coulisses. Nous saisissons, avec l’auteur, combien ça tâtonne, combien l’enfant peine à faire entendre sa parole propre. La lecture de ce texte achevée, et à partir de lui, nous comptons en lire les commentaires par d’autres analystes (dont Lacan), explorer les théories relatives à la phobie, à sa place structurale.

Georges Delcambre

Octobre 2017

GROUPE D'ANALYSE DES SÉANCES
Le premier mardi du mois de 20h45 à 22h30
Joëlle Frouard

Groupe d’analyse des séances

Avec quoi écoute-t-on ?
C’est une question que je me suis régulièrement posée depuis que j’exerce dans un cmp ou en libéral. Les portes de l’inconscient s’ouvrent et se referment selon les moments, les rencontres avec les patients, la destructivité plus ou moins importante, les effets anéantissants pour la pensée que sont les mécanismes psychotiques et les retards cognitifs.
Il m’est toujours apparut indispensable de rester analysant soit en reprenant une tranche d’analyse comme l’on dit, soit en supervision. Mais d’autres dispositifs peuvent permettre de soutenir une pensée rêvante, c’est une expression qu’on trouve chez Pontalis, psychanalyste et poète : » peut-on se passer des armes et bagages que nous fournissent les concepts ? Tenter de s’en déprendre, du moins, de ne pas leur rester soumis pour s’ouvrir à l’inconcevable. »

Le dispositif que je propose est inspiré par la méthode de tissage des pensées. Cette méthode a été inspirée par les travaux de Bion sur le groupe et systématisée par B. Salomonsson.

Le groupe est invité à accueillir par association libre, le matériel d’une séance rapportée par un participant.
C’est un dispositif qui privilégie la rêverie collective. Il ne s’agit pas de recevoir un enseignement déjà élaboré, mais d’apprendre de la clinique, de l’écoute des autres et de sa propre écoute.
Il n’est pas nécessaire d’être très expérimenté mais de s’engager à prendre la parole comme chacun dans ce groupe.
Nous pourrons alterner les séances d’analyse par la lecture d’un texte analytique, en lien avec le matériel des séances, mais aussi par un texte poétique.

Il est nécessaire de prendre contact avec moi pour me faire savoir que vous êtes intéressé et pour qu’un effectif d’au moins 4, 5 puisse être atteint.
Jfrouard@gmail.com
0688303014
 
Le groupe se tiendra le mardi soir de 20h45 à 22h30, le premier mardi du mois, dans les locaux de l’association Patou, à partir d’octobre 2018.

Joelle Frouard

DERRIDA ET LA PSYCHANALYSE - GROUPE DE LECTURE
Le premier jeudi du mois de 21h à 23h
Marc Vincent

Marc Vincent

Le groupe de lecture des œuvres de Jacques Derrida, initié par Jean Cooren, poursuit l'exploration des ouvrages de Jacques Derrida ayant trait à la psychanalyse.

Cette année nous reprendrons « La carte postale " paru chez Flammarion en 1980, à partir de « Spéculer - sur Freud » ...

Ce groupe est ouvert à tous ceux qui s'intéressent à Derrida et à son rapport à la psychanalyse

Il n'est pas nécessaire d'être un bon connaisseur de ses œuvres pour y participer

Nous lisons en effet le texte à voix haute et nous arrêtons dès qu'il y a une difficulté de compréhension ou lorsque quelqu'un souhaite associer sur sa pratique ou sur un autre ouvrage théorique

Le groupe se réunit 23 rue Malus à Lille en général le premier jeudi de chaque mois à 21 heures.

Pour tous renseignements, s'adresser à Marc Vincent :vincentmarc7@gmail.com

GROUPE CLINIQUE - COMMENTAIRES ET REFLEXIONS THÉORIQUES
Le 2ème mercredi de chaque mois de 20h30 à 22h30
Christain Lelong

 

Nous alternons présentations cliniques et réflexions à propos d’articles.

Le choix se fait d’une séance à l’autre par les participants et n’est pas orienté par un thème précis.Tout ce qui peut concerner notre pratique est bienvenu.


Il se tient 1, rue de Valmy à Lille le deuxième mercredi de chaque mois de 20h30 à 22h30

Contact : Christian Lelong Tel. : 06 25 92 47 45

 

Le savoir du psychanalyste ?
Le troisième lundi du mois de 21 h à 23 h
Marc VINCENT

« Le savoir du psychanalyste » :

  • Est une formulation lacanienne qui tente de nommer ce avec quoi travaille celui qui occupe cette position « du psychanalyste », et ce, quel que soit l’endroit où il travaille et la catégorie de public à laquelle il s’adresse en tant qu’analyste ;
  • Mais aussi ce par quoi il est lui-même travaillé dès lors qu’il parvient à se dessaisir de son savoir fictionnel - qu’on peut nommer théorique, et qui offre lieu et cause de résistance à la psychanalyse elle-même.

A partir de cet intitulé, et pour introduire un premier travail d’élaboration (qui ne se limitera pas à la seule reprise d’écrits théoriques), je propose de commencer par une lecture patiente, attentive et ouverte d’un propos introductif de Lacan qu’il intitula justement :

« Le savoir du psychanalyste »


Titre produit à propos de ce séminaire « parallèle » qu’il nomma aussi « Entretiens de Sainte – Anne » et qu’il tînt à l’hôpital Sainte – Anne durant l’année universitaire 1971 – 1972 « …afin d’y rencontrer les jeunes psychiatres », dira-t-il.

Lors de ces entretiens, Lacan tente de saisir « …les points de vérité et de savoir dont il importe de scander ce qu’il en est du savoir du psychanalyste… (1)».

Ce groupe de travail sera ouvert à qui le souhaitera, et débutera en septembre 2018, à raison d’une soirée le troisième lundi du mois (le 17 septembre) au 23 de la rue Malus.

Celles et ceux qui seraient intéressés par cette proposition de travail peuvent me contacter par l’adresse mail : vincentmarc7@gmail.com . (Il n’est pas nécessaire d’être un lecteur averti de Lacan pour y participer.)

 Marc Vincent

PS : Le texte de ce séminaire de Lacan reste à ce jour malheureusement inédit, nous travaillerons principalement à partir de la version établie par des membres de l’ALI, qui semble être à ce jour la plus fiable, et qui sera mise à disposition pour ce faire.

(1) Séminaire du 4/11/1971

 

 

Envoyer un mail